Sauvage (1983)


ACHETER LES FICHIERS AUDIO






Le lion

le lion est lousse
dans la brousse à soir
tout le monde a la frousse
même la panthère noire
les girafes se poussent
la mort aux trousses
et la queue de travers

une gang de singes
noirs à cul blanc
arrêtent de faire des grimaces
et pognent le mors aux dents
le lion est lousse
dans la brousse
ça sent le mauvais sang

le roi des animaux
nous prépare un mauvais coup
le roi des animaux
nous prépare un mauvais coup

un vieux missionnaire
une coup’ de femmes et d’enfants
se mettent à dire des prières
se mettent à claquer des dents
le lion est lousse
dans la brousse
ça sent le mauvais sang

les hommes au village
réunis font des plans
pour se construire un barrage
et protéger les enfants
mais là la chicane éclate
et le liquide écarlate
sur le plancher se répand

le roi des animaux
nous prépare un mauvais coup
le roi des animaux
nous prépare un mauvais coup

le lion est lousse
dans la brousse à soir
tout le monde a la frousse
même la panthère noire
les girafes se poussent
la mort aux trousses
et la queue de travers


Marchand de bonheur

cher monsieur
le marchand de bonheur
vous n’êtes pas méchant
juste un peu menteur
comme tous les marchands
comme tous les vendeurs
vous voulez votre argent
moi je veux mon bonheur
sur du noir et blanc
vous me faites rêver en couleur
vous n’êtes pas méchant
juste un peu menteur
marchand de bonheur

tous les jours
de notre longue vie
la vérité se cache
le mensonge nous suit
derrière de beaux visages
et sous de belles théories
ma vérité se cache
dans la routine et l’ennui
ne venez pas me dire
que c’est pour moi
que vous faites ceci
la vérité se cache
et le mensonge nous suit
tous les jours
de notre longue vie
cher monsieur
le marchand de bonheur
je ne vous croirai plus
je vous connais par cœur
comme tous les marchands
comme tous les vendeurs
vous voulez mon argent
vous voulez mon bonheur
arrêtez de me faire croire
que c’est ma vie
qui vous tient à cœur
je ne vous croirai plus
je vous connais par cœur
marchand de bonheur
marchand de bonheur


Ma belle amour

mon amour
pardonne-moi
si ce soir je ne chante
pas pour toi
mon amour
pardonne-moi
si y’a des feuilles qui tremblent
dans le son de ma voix
l’univers entier me fait défaut
si y’avait juste une affaire
que je comprenais
j’t’appellerais pour te le dire
aussitôt

ma belle amour
y’a des jours
où je me sens si lourd
où je me sens si laid
ma belle amour
y’a des jours
où la planète m’apparaît
comme un boulet
y’a des jours où je partirais
comme on part
quand on a l’casque
plein jusqu’au bord

mais n’aie pas peur
à soir j’suis juste
pas d’bonne humeur
y’a des grands oiseaux noirs
qui me chatouillent le cœur
oh mon amour

mon amour
entre nous
quand le soleil se cache
quand il nous joue des tours
ma belle amour
entre nous
y’a comme des terrains vagues
et des flaques de boue
y’a des salles de danse
abandonnées
y’a des romans-fleuves
et des rivières qui gèlent
y’a de la glace qui craque
sous nos pieds

ma belle amour
même si je sais
que ce qui nous lie est plus fort
que le temps qui court
ma belle amour
même si je sais
que ce qui nous lie est grand
et grandit toujours
y’a des jours où je partirais
comme on part
quand on a l’casque
plein jusqu’au bord

mais n’aie pas peur
à soir j’suis juste
pas d’bonne humeur
comme les grands oiseaux noirs
qui me chatouillent le cœur
oh mon amour
ma belle amour
ma belle amour


J’ai peur, j’ai peur

j’ai peur
j’ai peur
j’ai peur qu’on ne m’aime pas
j’ai peur que l’on me prenne
pour quelqu’un que je ne suis pas
j’ai mal
j’ai mal
j’ai mal je suis en mal d’amour
j’ai mal à la devanture
et j’ai mal
dans le fond de la cour

je suis comme tout le monde
j’ai peur du ciel et de l’enfer
j’ai peur que le soleil se tanne
d’éclairer la terre

je t’aime
je t’aime
je t’aime c’est plus fort que moi
je t’aime au bord de la violence
et je t’aime du bout des doigts
j’ai mal
j’ai mal
j’ai mal et je te fais mal
à mon tour
j’ai mal au cœur de l’animal
qui se cache
dans le fond de ma cour

je suis comme tout le monde
j’ai peur du ciel et de l’enfer
j’ai peur que le soleil se tanne
d’éclairer la terre

tu danses
tu danses
tu danses et je danse avec toi
on danse au bord de la falaise
comme si c’était l
que menaient nos pas
je t’aime
je t’aime
je t’aime c’est plus fort que moi
je t’aime au cœur de l’animal
qui se cache dans le fond de moi

je suis comme tout le monde
j’ai peur du ciel et de l’enfer
j’ai peur que le soleil se tanne
d’éclairer la terre

j’ai peur

j’ai peur

j’ai peur

j’ai peur


La p’tite vie

du millionaire heureux
qui s’achète une planète
au soldat nerveux
le doigt sur la gachette
du plus p’tit géant
jusqu’au nain le plus grand
de la beauté sublime
au beau-frère anonyme
c’est une p’tite vie pareil

de l’amant de la nature
au poseur de clôtures
de l’enfant qu’on isole
dans les murs d’une école
à l’ancienne vedette
de rock’n’roll
qui replogue sa guitare
pis qui trouve pus ça drôle

on dira ce qu’on voudra
la vie est aussi platte
pour tout le monde ici-bas
on a beau faire nos têtes enflées
dans une panne d’électricité
tout le monde au monde a peur
de rester pris dans l’ascenseur

on a eu les cheveux longs
on a eu les cheveux courts
on a fait les fanfarons
dans nos histoires d’amour
on a traversé les modes
comme on traverse la rue
des fois comme le lièvre
d’autre fois comme la tortue
oh la p’tite vie pareil

on a roulé sur l’or
roulé dans la farine
fumé du persil
sniffé de l’aspirine
tombé dans le stupre
et la fornication
pour revenir à jésus
et lâcher la boisson

on dira ce qu’on voudra
la vie est aussi platte
pour tout le monde ici-bas
on a beau faire nos têtes enflées
dans une panne d’électricité
tout le monde au monde a peur
de rester pris dans l’ascenseur

on se pogne la tête
dans toutes sortes d’étaux
on se casse la gueule
dans toutes sortes d’autos
on regrette en pleurant
le temps qu’on a perdu
le fun qu’on aurait eu
à le laisser passer simplement

on dira ce qu’on voudra
la vie est aussi platte
pour tout le monde ici-bas
on a beau faire nos têtes enflées
dans une panne d’électricité
tout le monde au monde a peur
de rester pris dans l’ascenseur

j’ai fait le tour du monde
et j’en suis convaincu
la terre est ben plus ronde
que le monde qui vit dessus


Rumeurs sur la ville

quelqu’un m’a donné
des nouvelles de paul
paraît qu’y’ont ouvert un bar
juste pour lui

pour son besoin d’amour
et de belles paroles
paraît que la ville est passée
dans son lit

et manon la chanceuse
qui fait toujours la passe
avec n’importe quoi
n’importe qui
paraît qu’on l’aurait vu partir
en première classe
‘est allée faire son numéro
à paris

si y’a des rumeurs
qui courent sur moi aussi
laissez-les courir
moi je cours après la vie
laissez-les courir
moi je cours après ma vie
laissez-moi courir aussi

quelqu’un m’a raconté
que jean-guy était mort
pour avoir fréquenté
de mauvais amis
y’a joué au docteur
avec son jeu de chimie
ça l’air qu’y’a fait
un trou de trop dans sa vie

jésus est revenu
su’l plateau mont-royal
quelqu’un m’a dit
que nathalie l’avait vu
paraît qu’a prend pus de pilules
pis qu’a boit pus non plus
depuis qu’le bon dieu
reste en face de chez eux

si y’a des rumeurs
qui courent sur moi aussi
laissez-les courir
moi je cours après la vie
laissez-les courir
moi je cours après ma vie
laissez-moi courir aussi

rumeurs
rumeurs sur la ville
rumeurs
rumeurs sur la ville

paraît qu’le sexe est tout croche
paraît qu’l’amour s’ennuie
paraît que tout ce qui compte
c’est moi
paraît qu’la mode a changé
pis là qu’t’es pus mon ami
viens pus ploguer
tes écouteurs dans mon lit
c’est fini

si y’a des rumeurs
qui courent sur moi aussi
laissez-les courir
moi je cours après la vie
laissez-les courir
moi je cours après ma vie
laissez-les courir
moi je cours après ma vie
laissez-les courir
moi je cours après ma vie
laissez-moi courir aussi


Schefferville, le dernier train

il n’y a plus rien au roxy
depuis quelques mois
y’a de la neige dans la porte
du vieux cinéma
dans la rue un chien jappe
et se prend pour un loup
la nuit tombe sur la ville
qui m’a donné le jour

à la brasserie ça chante
plus fort que d’habitude
pour la fête à johnny
qui s’en retourne dans le sud
mais le sud de schefferville
c’est pas la jamaïque
c’est québec ou matane
ou le nouveau-brunswick

en novembre passé
ils ont fermé la mine
j’ai vu pleurer mon père
sur la table de la cuisine
c’était pas tant de perdre
une job assurée
que de voir s’évanouir le rêve
de trente années

quand je suis venu au monde
ils étaient jeunes mariés
venus trouver l’amour
et la prospérité
dans une ville inventée
par une grosse compagnie
en plein nord en plein froid
et en plein paradis

aujourd’hui ça m’fait mal
de voir tout le monde partir
c’est icitte que j’suis né
c’est là que j’veux mourir
avec une caisse de douze
une aurore boréale
et la femme de ma vie
couchés sous les étoiles

j’ai passé ma jeunesse
à apprendre les bois
à la chasse à la pêche
à boire avec les gars
un skidou ent’les jambes
et l’orgueil dans le coeur
je suis devenu un homme
et j’ai connu la peur

sur les traces de mon père
j’suis parti travailler
et la mine de fer
est devenue réalité
comme l’amour de ma femme
et la chaleur de mon foyer
et la peur de m’faire prendre
tout ce que j’ai gagné

aujourd’hui ça m’fait mal
de voir tout le monde partir
c’est icitte que j’suis né
c’est là que j’veux mourir
avec une caisse de douze
une aurore boréale
et la femme de ma vie
couchés sous les étoiles
couchés sous les étoiles

et au bout de la ligne
c’est l’histoire qui décide
si le poids de nos rêves
nous entraîne dans le vide
je suis monté à pied
sur la côte du radar
j’ai vu mourir ma ville
sous le soleil du nord

c’est pas moi qui peux changer
le cours de la vie
si y a personne qui reste
j’vas partir moi aussi
mais c’est moi qui veux fermer
les lumières de la ville
lorsque le dernier train
partira pour sept-îles
lorsque le dernier train
partira pour sept-îles


Une planète qui meurt

oublie ce soir l’argent des gens
et les échecs économiques
oublie la science et la fiction
et les erreurs informatiques

oublie de m’demander mon nom
oublie la méfiance et la peur
y’a toi et moi
et une planète qui meurt
y’a toi et moi
et une planète qui meurt

y’a pus d’alcool
y’a pus de musique
y’a pus d’en veillant su’l’perron
y’a pus de mensonges
diplomatiques
y’a pus de mettons
y’a pus de disons

oublie de m’demander mon nom
oublie la méfiance et la peur
y’a toi et moi
et une planète qui meurt
y’a toi et moi
et une planète qui meurt

y’a pus d’erreurs
sur la personne
y’a pus de fausses identités
y’a pus d’machos
y’a pus d’madones
y’a pus de loteries à gagner
y’a toi et moi
et une planète qui meurt
y’a toi et moi
et une planète qui meurt

oublie les phrases insignifiantes
te souviens-tu du bon vieux temps
oublie le passé de carte postale
et les erreurs de tes parents
oublie les chevaux de propagande
et les promesses de candidats
y’a dans les airs comme une urgence
y’a comme quelqu’chose qui va pas

y’a toi et moi
et une planète qui meurt
y’a toi et moi
et une planète qui meurt
y’a toi et moi
et une planète qui meurt


Jamais à la mode

tu n’es jamais à la mode
et jamais démodée
le temps sur toi
ne s’arrête pas
il te frôle de l’aile
et toi tu restes la
le temps sur toi
ne s’arrête pas

tu es quelquefois si douce
que je mourrais dans tes bras
parfois l’amour
se chante tout bas
quelquefois si grande
que je rêve d’irlande
où nous irons un jour
si le temps sur nous
ne s’arrête pas

tes yeux verts et gris
ouverts à la vie
ne se contentent jamais de peu
tu veux la beauté
dans tous les replis
de l’existence
et quand j’y pense

ce n’est pas un hasard
que je t’aime autant que ça
ce n’est ni la romance
ni cinéma
ça s’écrit tous les jours
comme une belle histoire
d’amour et de vie
c’est dans la chanson
que je chante la

jamais à la mode
et jamais démodée
le temps sur elle
ne s’arrête pas
il la frôle de l’aile
et elle elle reste la
le temps sur elle
ne s’arrête pas