La petite chanson qui voulait sortir…

J’arrive au Studio Sauvage vers 11hres samedi dernier, le 26 janvier. Motivation très précise, terminer Après l’orage (titre de travail), un début de quelque chose qui me trotte dans la tête et les doigts, sur les cordes et sur la feuille, depuis au moins trois mois.
je choisis une guitare, ma Eastman semi-accoustique, je l’accorde, je la branche et me trouve un beau son inspirant…et au lieu des accords de Après l’orage, mes doigts s’élancent sur une nouvelle série d’accords et s’y installent confortablement pendant quelques minutes…
Un mot apparaît et vient se lover sur la mélodie: «mélodie»…
Au lieu de le rejeter du revers de la main pour cause de consanguinité, je le garde et improvise ceci:

mélodie
du haut de tes dix-sept ans tu m’as séduit
j’en avais quinze et demi
on a dansé collé
j’ai pas dormi de la nuit…

Pour l’instant ça marche, je me dis que Mélodie est le prénom d’une fille et que je suis en train d’écrire une chanson d’initiation adolescente avec une fille plus vieille que le narrateur. Je me lance sans trop y penser dans un deuxième couplet:

mélodie
sur une toune de Dylan on s’est compris
blowin’ in the wind
sur un transistor Sony
par Peter, Paul and Mary

Ça change tout! Je m’aperçois que Mélodie n’est pas le prénom d’une fille, mais bien le prénom de…la musique! Je vais donc écrire l’histoire d’un gars amoureux de la mélodie…
Et là ça s’est mis à débouler très vite. À la fin de l’après-midi, j’avais une première esquisse.
De retour chez moi, Je l’ai enregistrée rapidement au studio Coin de Table.
Je l’ai fait entendre à ma blonde et on a localisé quelques problèmes mineurs.
Je l’ai réécoutée dimanche matin, excellent moment pour réécouter quelque chose, et j’ai abouti à une version acceptable.
Je l’ai chantée en public mardi soir le 29 devant le public du Cabaret Mile-End, au spectacle-bénéfice UNIS CONTRE LE CANCER. La réaction fut très encourageante…

Le Studio Coin de Table

Voici la version que j’ai chantée:

mélodie
tu m’as soufflé dans l’oreille pis j’t’ai suivie
j’avais quinze ans et demi
on a dansé collé
j’ai pas dormi d’la nuit

mélodie
sur une toune de Dylan on s’est compris
Blowin’ in the wind
dans un transistor Sony
par Peter, Paul and Mary

mélodie
t’es brune pis t’es rousse
pis t’es blonde aussi
t’es belle pis t’es douce
tu brailles pis tu ris
tu viens pis tu t’pousses
pis moi sans répit
j’te poursuis
ma mélodie

mélodie
j’ai appris un métier pour t’oublier
pis là j’me suis marié
pis là j’ai eu des petits
c’t’eux autres ma vie
mais chaque nuit j’t’entends chanter
ma mélodie

mélodie
t’es brune pis t’es rousse
pis t’es blonde aussi
t’es belle pis t’es lousse
tu brailles pis tu ris
tu r’viens pis tu t’pousses
pis moi sans répit
j’te poursuis
ma mélodie

mélodie
un accord de guitare pis j’t’ai suivie
j’avais quinze ans et demi
on a dansé collé
pis j’m’en suis jamais remis

Je vous offre une version «brute de chez brute» enregistrée ce matin au Studio Coin de Table:




16 commentaires au sujet de La petite chanson qui voulait sortir…

  1. Sylvain Dubé 30 janvier 2013 @ 14:23 #

    Belle mélodie pour un temps de pluie pour aimer la vie qui nous sourit.

  2. Mario 30 janvier 2013 @ 14:38 #

    Pas capable de me tanner de ta poésie.
    Encore un délice. Sacrée mélodie.

    Bravo!

  3. Jean-François Benjamin 30 janvier 2013 @ 14:39 #

    Quel beau son son de guitare tout rond joué du bout des doigts. On entend le silence de la pièce entre chaque note. Kapo en 2ième et accord de sol? Belle richesse de graves. Merci de cette primeur.

  4. Annick Gaudreault 30 janvier 2013 @ 15:11 #

    On l’aime déjà! C’est super, Michel.

  5. Benoit 30 janvier 2013 @ 17:01 #

    J’aime!
    Ça me rappelle le Rivard des premières années

    • Millicent 31 mars 2016 @ 02:46 #

      These pieces really set a standard in the indsrtuy.

  6. Danielle Cloutier 30 janvier 2013 @ 18:41 #

    …et si le tempo était accéléré un peu?

    • Michel Rivard 31 janvier 2013 @ 08:33 #

      @Danielle: J’aime bien prendre mon temps pour raconter cette histoire…:)

  7. Jeanne Gaudreault 30 janvier 2013 @ 22:53 #

    Un bijou! Tu voudras bien nous la faire mardi prochain au Lion d’Or? Merci de tout coeur.

  8. alain 31 janvier 2013 @ 10:21 #

    bravo belle histoire ,et la guitare s’est super . merci :)

  9. Céline Laberge 31 janvier 2013 @ 15:33 #

    Merci Michel de nous partager cette très belle inspiration.

  10. JF Poulin 3 février 2013 @ 19:29 #

    Wow…
    Ostie qu’c’est beau. Ça chante tout seul. Ça coule. C’est doux.
    Digne de tout ce que tu es Michel.

    Merci et… Vive la musique. Vive Mélodie.

    JF

    • Velvet 31 mars 2016 @ 01:33 #

      Cool! That’s a clever way of lonikog at it!

  11. Blair Thomson 7 février 2013 @ 22:26 #

    Délicieux Michel.

  12. Eric Pelletier 8 février 2013 @ 22:46 #

    Très beau texte et très belle chanson. Dommage que l’inspiration ne te soit pas venue quelques mois plus tôt car j’aurais bien aimé l’entendre lors de ton spectacle donné à Gatineau en novembre dernier :). Magnifique spectacle! Merci pour cette belle soirée d’automne!

  13. Alain Coudry 17 février 2013 @ 16:42 #

    Ça me fait un bien fou. Je n’y ressens rien d’éphémère. Et par ses temps qui courent trop vite, j’ai besoin de ça. Quand la muse enlace, on se laisse aller, confiant. Une grande et bonne inspiration qui remet le coeur à la bonne place. Merci.

Laisser un commentaire