Roi de Rien, l’album approche…

Depuis deux jours, ça sent l’automne. Inutile de vous dire que pour moi, c’est LA saison, l’espoir, le début de tout. Je l’ai chanté et rechanté…et je le chante encore. L’air est frais, le soleil est croustillant, je revis et ça me donne le goût de vous mettre au parfum:
Presque deux ans que la chanson Roi de Rien s’est présentée, paroles et musique quasi-simultanément. Un cadeau pour moi, qui croyais qu’après l’aventure des Filles de Caleb (36 chansons, paroles et musique, en 18 mois!) j’en aurais pour quelques années à laisser le puit se remplir avant de pouvoir écrire et composer de nouveau. Non. La chanson s’est montré le bout du nez, bien lisse et ronde comme une bille de verre. Comme si la vie me disait: c’est ton métier d’écrire des chansons, ne perds pas de temps et clenche!
Je savais dès ce moment-là que Roi de Rien serait la première d’une suite de chansons, qu’elle donnerait le ton et possiblement le titre à un nouvel album. La porte était ouverte: Styromousse, Mélodie, Dans l’bois, Et on avance, Ma soeur la Lune ont suivi. À chaque nouvelle entrée, la direction country-folk contemporain se précisait. Je me suis mis à les enregistrer en version solo acoustique dans mon petit studio: des versions directes, voix et guitare en même temps, histoire d’être bien certain que les chansons pouvaient vivre dans leur plus simple expression. Je me servirais de ces versions comme maquettes à faire entendre à mes collaborateurs, mais aussi je commençais à chérir l’idée de les rendre disponibles au public.
J’ai commencé à introduire quelques-unes de ces chansons dans les spectacles que j’ai donnés par la suite avec le Flybin Band. Réactions très encourageantes du public et des musiciens. Ça fait du bien à l’écriture! Coeur de vinyle, Après l’Orage, Une Lettre Ouverte, Vertige, Merci pour tout et Le gars d’en haut ont surgi tour à tour…
En juin dernier, je suis parti en mini-tournée de spectacles solo, histoire de peaufiner les nouvelles chansons devant public, avant le travail d’arrangement et de pré-production de l’album. Encore une fois, grosse bouffée d’amitié et moultes tapes d’encouragement dans le dos. Ne restait plus qu’à le faire, cet album!
J’ai choisi Éric Goulet comme réalisateur. J’aime le gars, son travail de musicien et d’auteur-compositeur (Les Chiens, Monsieur Mono, Éric Goulet et les Chevals de Feu), son travail de réalisateur (Vallières, Sylvie Paquette, entre autres…) et son approche audio-vérité de la production musicale.

Éric le réalisateur à l’ouvrage (le guitariste est pas loin!)

Avec lui et Ghislain-Luc Lavigne à la prise de son et au mixage, je me sentirais en confiance et pourrais me concentrer sur les chansons, les jouer, les chanter…mais pas tout seul!
Je voulais depuis le début du projet que cet album soit le reflet-miroir de la sonorité de mes spectacles, qu’il n’y ait pas de clivage entre les versions «studio» et les versions «live».
Le Flybin Band est une des belles constantes de ma vie, un amalgame étonnant de fidélité amicale, d’imagination musicale quasi-télépathique et de pur plaisir à l’ouvrage.
Mario Légaré (basse et contrebasse) me fait l’honneur de sa solide et sympathique présence depuis 1977. Sa basse est chantante, toujours au service de la chanson.

Le «Mario Légaré» de la basse!

Sylvain Clavette (depuis 1986) a une approche unique de la «percuterie», une assise de plomb doublée d’une légèreté divine…sans compter un sens de l’humour dévastateur.

Sylvain Clavette en pleine percuterie…

Rick Haworth est là depuis 1979, joue d’une panoplie impressionnante d’instruments que j’adore, de la guitare électrique à la trompette (une découverte récente) en passant par les dobro, pedal-steel et autres mandolines, toujours avec âme, précision et désir d’innover.

Rick au focus, chanteur flou…

Je voulais aussi retrouver le plaisir des harmonies vocales. N’ai-je pas, après tout, fait longtemps partie d’un groupe dont c’était la marque de commerce? J’ai immédiatement pensé à Lana Carbonneau (La Bande Magnétik), magnifique choriste et amie de longue date.

Lana! (elle a aussi une auto électrique…)

Adèle Trottier-Rivard et Stéphanie Boulay ont participé à plusieurs de mes spectacles, mais se sont envolées, belles hirondelles, vers leurs projets respectifs, la première avec Louis-Jean Cormier, la seconde avec les Soeurs du même nom…
Ça m’a permis de découvrir Audrey-Michèle Simard, une voix et une présence adorables, une superbe complicité avec Lana et le reste du band.

Audrey-Michèle et sa mauvaise humeur habituelle…

Elles se sont rapidement rendues indispensables, et leurs voix font maintenant partie intégrante du Flybin Band. Leur joie de vivre et leurs appétits insatiables leur ont rapidement valu le surnom d’«Épicuriennes de l’Amour»

Flybin cherche sa note avec Éric et les «Épicuriennes de l’Amour».

Nous avons passé plusieurs semaines en local de pratique pour fignoler les arrangements et se préparer à l’enregistrement, sous la gouverne d’Éric. Heureux de retrouver le band, heureux de voir les nouvelles chansons prendre leur forme. Je me suis alors dit que qu’il serait plaisant de faire le même exercice qu’avec les spectacles solo de juin, mais en groupe: aller chanter devant public les nouvelles chansons telles qu’elles seraient enregistrées quelques jours plus tard. C’est donc au légendaire petit bar musical de l’avenue du Mont-Royal, le Verre Bouteille, que deux soir caniculaires de Juillet, nous avons offert à un public chaleureux et attentif l’intégrale de l’album à venir.
En voici quelques images, captées par Joséphine Rivard qui signe aussi les photos studio.

Voilà pour l’instant! Je vous parle bientôt de l’enregistrement comme tel au Studio Piccolo, de l’automne et de mon nouveau chien!
Merci pour tout!




5 commentaires au sujet de Roi de Rien, l’album approche…

  1. Yvon Bilodeau 6 septembre 2013 @ 08:01 #

    Pas hâte rien un peu ! Bonne route pour ce qu’il en reste.

    Amitié

    Y

  2. diane savard 6 septembre 2013 @ 08:59 #

    Merci de prendre le temps de montrer tout le processus de création de ton nouveau cd .
    Tu le fais avec simplicité. Cela me fait sentir plus proche et me donne le goût de t’entendre davantage. C’est beau et porteur d’espoir en l’être humain vrai!
    J’aime particulièrement la présentation de tous ceux et celles qui t’accompagnent dans ton aventure….
    C’est au-delà du marketing.
    J’apprécie.

  3. Karine 6 septembre 2013 @ 14:10 #

    J’ai très hâte de pouvoir acheter cet album, après l’avoir entendu en show au magasin général Lebrun !!!

  4. SOLANS Christian 3 octobre 2013 @ 05:07 #

    Vous êtes précieux car vous êtes rare. Et j’attends de vos nouvelles comme celles d’un voyageur lointain, comme dans “Belle Promeneuse”. Un nouvel album comme un retour qu’on n’espérait plus et peut-être dans un avenir pas si lointain un séjour et une tournée parmi nous les français de France. En tout cas, merci. Christian

  5. rainette 20 juin 2015 @ 21:30 #

    je viens d’entendre “roi de rien” aux Francos, vraiment bon, je vous aime toujours, vous n’avez rien perdu de votre talent.

    Et les petits poaimes avant les chansons, sublime, du vrai bonbon à l’oreille.

Laisser un commentaire